Archives de tags | Mystère

Miss Peregrine et les enfants particuliers – Hollow city

Auteur : Ransom Riggs

.

Traducteur : Sidonie Van den Dries

.

Public : adolescents et jeunes adultes

.

Edition : bayard

.

Pages : 502

.

Prix : 16,90€

.

Résumé : Un deuxième tome merveilleux et étrange, tout aussi passionnant.
(Et oui, j’ai choisi de vous mettre ce qu’il y a derrière la couverte, et pas le vrai résumé. Car moi, j’ai commencé ce livre uniquement avec ces informations.)

“Les pêcheurs qui jetaient leurs filets interrompaient leur besogne pour nous observer, sans savoir si nous étions réels ou imaginaires : des fantômes flottants ou des fantômes en devenir.”

L’avis de La Bouquineuse :

Pour la première fois depuis très, très, très longtemps, j’ai lu deux livres d’une même collection à la suite. Et oui, je vous ai déjà de nombreuses fois dis que j’avais beaucoup de mal à rester dans le même univers pendant très longtemps, c’est donc pour cela qu’en général, je lis d’autres romans entre. Mais là, j’ai tellement aimé que je ne pouvais plus quitter ce monde merveilleux, bien que parfois sinistre, des boucles temporelles, des enfants particuliers, et… et tout ce qui va avec.
Mais c’est aussi le personnage de Jacob, auquel je me suis beaucoup attachée (non seulement parce qu’il porte un prénom sublime, mais aussi car… car il est Jacob, tout simplement) qui m’a fait revenir si vite dans l’histoire. Il sait que tout le monde compte sur lui, ou presque, car certains se montrent quelque peu réticents, mais il se sent incapable de les guider. J’ai beaucoup apprécié le fait qu’il ne profite pas de la situation pour être prétentieux, ou quelque chose du genre, comme la plupart des personnes l’aurait fait à sa place. Il est au contraire très peu sur de lui, il doute beaucoup et est complètement écraser par sa lourde tache.
D’ailleurs, ce n’est pas particulièrement grâce à lui que le petit groupe avance dans sa quête. Tout le monde participe à sa manière, mais Jacob connait si peu le monde des particuliers qu’il en devient presque inutile. Bon, d’accord, il a le don de voir les monstres, mais a par ça, c’est encore un gamin de 16 ans ordinaire et moderne, qui se retrouve dans le passé avec des amis pour le moins étranges.

J’avoue que j’ai eu juste un peu de mal à re-rentrer dans l’histoire, mais au bout de 30 pages, c’est bon, j’y étais. Le début est plus ou moins ennuyeux, car j’ai trouvé qu’il se passait trop peu de choses. J’aurais aimé un peu plus d”action, mais bon, j’imagine que c’était le calme avant la tempêtes, parce qu’après, je n’ai même plus eu le temps de respirer entre deux évènements.

Ce qui m’a le plus plu dans ce deuxième tome, c’est le fait que j’ignorai tout de la fin… jusqu’à la fin. Je n’ai cessé de faire des suppositions qui se révélaient fausses la page d’après. Et, alors qu’il ne me restait même pas trente pages avant la fin, j’étais persuadé, mais alors vraiment persuadé que le livre allait se finir d’une manière, et que ce serai le dernier tome de cette série. Et pourtant non. C’est avec un affreux suspens que ce termine ce livre, un suspens qui, depuis hier, me torture, ne me laissant aucun répit. Je ne cesse d’imaginer ce qui se passera dans le tome 3, car, oui, maintenant c’est obliger, il va y avoir un tome trois. Chaque fois, je m’imagine des scénarios différents. Et j’ai du regarder déjà au moins 10 fois quand ce fameux tome 3 doit sortir, et je ne trouve absolument aucune information !
Ca m’agace énormément. Si vous savez quand il doit sortir, surtout, dites le moi en commentaire !

En bref, un énorme coup de cœur, encore une fois

 

 

 

 

 

Shadow Hills

Shadow Hills

Shadow Hills par Hopcus

Auteur : Anastasia Hopcus

Traduction : Maud Ortalda

Public : Ados et jeunes adultes

Edition : PKJ. (site)

Pages : 380

Prix : 17,90 €

Résumé : Depuis la mort de sa sœur jumelle, Perséphone est hantée par d’étranges visions. Déterminée à en savoir plus, elle se rend à Shadow Hills, la ville de ses cauchemars. Une école mystérieuse, des étudiants aux capacités psychiques hors du commun…
Quels sombres secrets cachent les habitants ? Perséphone en est persuadée : l’histoire de ce lieu est liée à la disparition brutale de sa sœur. Mais la jeune fille n’est pas au bout de ses surprises…

L’avis de La Bouquineuse :

Il est écrit au début du livre que Shadow Hills est le premier vrai roman d’Anastasia Hopcus. Normalement, ça ne se voit pas forcément, c’est… un roman… comme un autre. Mais j’avoue que là, c’était assez flagrant.

Pour commencer, il y a les noms des personnages. Oui, nous, lecteurs de romans jeunesses, avons l’habitude de rencontrer des héros/héroïnes/personnages secondaires au prénoms assez peu communs, mais quand il y a trop d’originalité… C’est parfois assez désagréable. Après, certains aiment surement cela mais… Perséphone, Athéna, Graham, Trent, Toy (oui, oui, jouet !)… Ils sont presque tout le temps présent et moi, ça m’a dérangée. J’aurais aimé lire un roman avec au moins un ou deux personnages qui ont un nom normal.

Aussi, la précipitation de l’histoire. J’aurais apprécié qu’il y ai un avant et pas un présent agressif. On apprend trop de choses d’un coup, toute l’intrigue de l’histoire se précipite et ça fait un gros paquet.
Enfin, tout ce que j’ai dis, ce sont des erreurs classiques, et, qui malgré leur impact légèrement dérangeant sur le déroulement de l’histoire, sur l’histoire elle même, ne vont pas faire du livre une chose dont on veut se débarrasser au plus vite. Non, vraiment, ce dernier est toujours agréable à lire.

Maintenant, au niveau de l’héroïne (à savoir, Perséphone). Je dois dire que j’ai eu un peu de mal à l’apprécier. C’est l’ado de Los Angeles qui est fane de fringues, de fête et qui prend les élèves sérieux pour des “gosses de riches”. Elle boit (un peu), elle n’hésite pas à transgresser les règles la veille de son premier jour de classe (au moins elle se fait pas prendre), et elle est tellement insupportable avec Zach (dont elle est tombée amoureuse en 3 lignes) ! D’ailleurs, Zach est le garçon qui est présent dans ses cauchemars ! Des fois, je me demande si elle à pas un peu disjonctée. Elle fait des mauvais rêves, effrayants, qui plus est, à 3h33 du matin chaque nuit, où elle se retrouve dans un cimetière, enfermée dans un pièce noire, et y’a une personne avec elle et il faut qu’elle tombe amoureuse de cette personne alors qu’elle ne sait même pas si elle est dangereuse ou pas.

J’ai envie de dire : … … … °/° 

Comme je le disais un peu plus haut, l’histoire se précipite trop. Pourquoi ne pas prendre le temps d’expliquer chaque chose, une après l’autre ? A la centième page je n’étais toujours pas rentrée dans l’histoire. En plus j’étais tellement °~° en voyant quels sont les amis que Perséphone choisi. Celle qui aurait été la peste prétentieuse dans les autres romans. Je suis restée °o° devant se choix de fréquentation. Oui, franchement.
J’ai quand même eu beaucoup, beaucoup de mal à accrocher. Et au moment ou l’histoire commence à s’éclaircir et qu’il se passe des choses claires et … ouai… euh… un peu intéressantes, ben… Perséphone me gâche l’histoire. Et Zach, mais quel idiot !

Le “côté épidémie” m’a beaucoup intriguée. Allait-il enfin se passer quelque chose ?! Ben euh… sans plus. C’est trop prévisible. Quand on pense que des êtres quelques peu surnaturels, avec quelque petits pouvoirs (pour une fois  (!)), et leur attitude, leur vie normales…. C’est tout de suite plaisant. Heins, heins, mais qu’est ce que tu t’imaginais ma pauvre (je me parle, ne vous inquiétez pas, c’est normal) tu pensais vraiment avoir trouvé les personnages parfaits, ayant juste deux ou trois petits pouvoirs et menant une vie d’apparence normale ? Ben tu t’es bien trompée !
Oui, la contrainte, c’est que ces êtres surnaturels ne vivent pas plus de quarante ans. – -“

Encore : … … … °/°

Excusez moi, madame Anastasia Hopcus, je me rend compte que je n’ai écris que du négatif à propos de votre roman qui est quand même une belle petite chose. J’ai pris beaucoup de plaisir à lire Shadow Hills. L’univers du pensionnat, que je recherchais depuis un bon bout de temps est enfin là ! Les petites sorties après le couvre feu, les soirées télé-pizzas… j’ai beaucoup aimé tout cela.
Même l’histoire en générale. C’est juste que certaines choses sont plus ou moins prévisibles après avoir lu beaucoup de livre du genre. (c’était la parenthèse sympathique). (( mince c’est pas cool )) ~.#

Aussi, si on avait su ce qui était arrivée à la sœur de Perséphone dès le début, l’histoire aurait été mille fois plus simple à comprendre ! En parlant de nos deux jeunes filles (enfin, une morte et une vivante), je trouve Perséphone bien négligente au niveau de sa sœur. Elle n’a que deux choses qui rappellent son existence ! + les souvenirs. Je serai à sa place, j’y ferai tellement attention que je pourrais presque les mettre dans une vitrine minimum triple vitrage ! Et elle, elle perd le bracelet toutes les cinq minutes !

Heureusement, la fin à sauvé ce livre ! J’ai vraiment accroché dans les 100 dernières pages. Tout devenait si intéressant ! Et si affreux !
J’ai été tellement surprise ! Ouaw ! Au début, je m’ennuyais et l’histoire était trop simple et trop complexe à la fois. Trop précipitée aussi. Mais à la fin, tout à été étalé, expliqué,… simple.
Mais il n’y a pas que ça. Le combat final (ou seul combat du roman) est… violent. Bon, pas de quoi choquer, mais tout de même. Beaucoup de détail (beuuuuuh). J’aime pas quand le genou il craque =p

Bref, je me répète, mais même si je n’ai mis que du négatif sur le roman, vers le début en tout cas, ce ne fut pas moins qu’une très bonne lecture.

J’ai aimé :

11


Anastasia Hopcus

 

Anastasia Hopcus a commencé à écrire à l’âge de sept ans. Nouvelles, scénarios, romans, elle s’est exercée à tous les genre dès le lycée. Après une série de petits boulots divers,  de serveuse à actrice en passant par hôtesse d’accueil dans un dojo japonais, elle s’est remise à l’écriture. Shadow Hills est son premier roman. Elle vit à Austin, au Texas.

 

Trylle

Trylle

Auteur : Amanda Hocking           Public : 13 ans et + (ados)          Genre : fantasy

Résumé :

Wendy était âgée de six ans lorsque sa mère a essaye de la tuer, convaincue qu’elle était un monstre. Des années plus tard, Wendy découvre que sa mère avait peut-être raison: elle n’est pas la personne qu’elle croyait être et toute son existence doit être démêlée. Tout ça a cause de Finn Holmes.

Finn est un mystérieux garçon qui semble la protéger. Chaque rencontre avec lui bouleverse Wendy, surtout parce qu’elle est attirée par lui, même si elle ne l’admettrait jamais. Mais la vérité ne tarde pas a arriver: Wendy et lui ont été échangés a leur naissance. Et aujourd’hui, il vient la ramener dans sa vraie famille.

Pour découvrir sa véritable identité, elle doit abandonner son ancienne vie. Commence alors un voyage aussi beau qu’effrayant vers un monde magique dont elle ne soupçonnait pas l’existence.

L’avis de La Bouquineuse :

Ce n’est pas que je n’ai pas aimé, mais ça n’a pas non plus été le coup de cœur. L’histoire était plutôt bien dans l’ensemble mais Wendy (l’héroïne) est vraiment insupportable. Elle, je ne l’ai pas du tout aimé, et c’est quand même le personnage principale ! On vit dans sa peau et on est dans sa tête. Donc, imaginé à quel point j’ai eu du mal à le finir, ce livre.

Les Trylles (ou Trolls dans notre langage) sont des êtres au capacité… spéciales. Certains contrôles les éléments et d’autres sont télépathes, très persuasifs… Enfin, ils sont dotés de toutes sortes de pouvoirs.

Au final, l’histoire était plutôt sympa mais je n’ai pas non plus adoooooorrrééééé.

Bof, bof :

18

 

 

Coeur Guimauve

Cœur guimauve

Tome 2 de Cœur cerise

Les filles au chocolat.

 

Auteur : Cathy Cassidy          Public : 12 ans et + (pré-ados/ ados)          Genre : Vie

Résumé :

Je m’appelle : Skye Tanberry
Mon âge : 12 ans
Je suis : sentimentale et passionnée
Mon style : chapeaux et robes vintage
J’aime : les histoires romantiques, l’astrologie
Je rêve : d’être aussi populaire que ma sœur jumelle

Mon problème : je ne suis pas faite pour les garçon d’aujourd’hui.

L’avis de La Bouquineuse :

Encore une couverture sublime. Le bleu, le blanc, le rouge… L’univers de l’hiver en clair (je vous jure j’ai pas fait exprès pour les rimes).

J’étais vraiment super contente de retourner dans l’univers des filles au chocolat, d’autant plus que dans ce deuxième tome, nous nous retrouvons dans la peau de Skye, qui est, de loin, mon personnage préféré.

Ce livre est complètement différent du premier et pas seulement à cause du changement de personnage. Autant l’aventure avec Cherry était une chose tout ce qu’il y a de plus normale, autant l’histoire de Skye est beaucoup plus complexe et mystérieuse. Une sombre histoire de fantôme de famille et de rêves étranges. Entre amour impossible (ou presque) et conflit familial, ce livre déborde de suspens.

Je pense que si je continue, je vais spoiler ~~ donc je vais arrêter d’en parler.

N’empêche,

J’ai A-DO-RE :

13

Eternels Lune Bleue

 

 

Eternels

Tome 2 — Lune Bleue

Résumé en bas de page

AUTEUR : Alyson Noël                               PUBLIC : 12 et +

 

L’avis de La Bouquineuse :

J’ai vraiment été déçue par ce deuxième tome. On ne retrouve plus la même Ever, ni le même Dame… Ava m’a énervée. Les deux seules personnages que j’ai appréciés ont été Romy et Rayne.

Du côté de l’histoire, ce n’est pas vraiment mieux. Bon, je ne vais pas continuer à parler d’un livre que je n’ai pas aimé, j’attends mieux du tome 3.

 Je n’ai pas aimé

12

Résumé :

Alors qu’Ever et Damen sont enfin réunis, ce dernier semble soudain avoir oublié toute leur histoire. L’arrivée au lycée de Roman, un mystérieux étudiant que tous semblent apprécier, serait-elle liée à ce cruel changement ? Prête à tout pour sauver son amour, Ever explore son nouveau monde, l’Été perpétuel, et découvre l’existence d’un portail qui permet de voyager dans le temps. Mais celui-ci n’apparaît qu’à la Lune bleue, qui approche à grands pas… Ever devra faire face à un choix déchirant : revenir dans le passé pour ramener sa famille à la vie, ou rester dans le présent et protéger Damen.