Archives de tags | Mort

King’s Game

Auteur : Nobuaki Kanazawa

.

Traducteur : Yohan Leclerc

.

Public : adolescents et jeunes adultes

.

Edition : Lumen

.

Pages : 374

.

Prix : 15€

.

Résumé : 1 classe, 32 élèves, 24 heures pour obéir.
Une seule sanction : la mort.

Nobuaki est réveillé en pleine nuit par un étrange SMS qui met au défi deux de ses camarades de lycée de s’embrasser. Le mytérieux expéditeur du message prétend que la classe entière participe à un « King’s Game ». Jour après jour, les défis se succèdent, et les lycées sont bien obligés de se rendre à l’évidence : ils ont 24 heures pour s’exécuter et la seule sanction en cas de désobéissance est la mort.

Suicides ou meurtres ? Puissance occulte ou criminel de chair et de sang ? Où qu’elles soient, quoi qu’elles tentent pour s’échapper, la mort vient trouver ses jeunes victimes, infaillible. Le couperet se rapproche dangereusement de nos héros… Parviendront-ils à découvrir la vérité avant qu’il ne s’abatte ?

« Avoir quelque chose à protéger est une force.
Avoir quelque chose à protéger est une faiblesse. »

L’avis de La Bouquineuse :

Pour tout vous avouer, en commençant cette lecture, j’ai vraiment cru que j’allais détester. Et pourtant, c’est presque un coup de cœur !

Nous entrons dans l’histoire en rencontrant Nobuaki Kanazawa, un lycéen (tu parles, c’est l’auteur XD) japonais. C’est un personnage que j’ai plutôt bien apprécier. Il est calme, simple, et surtout, pas superficiel. Il n’essai pas d’être le plus populaire, ni le plus aimé. Il cherche à être lui même. Enfin bref. Je n’ai rien de très intéressant à dire sur lui.

Donc un soir, à 00h00, il reçoit un message. 2 personnes de sa classe doivent s’embrasser. D’accord. Pour rigoler, ces deux personnes s’embrassent, et sans le savoir, échappe à la mort. Car oui, qui n’exécute pas les ordres du roi sous 24h meurt, que ce soit par pendaison, par arrêt cardiaque, par auto-immolation, et d’autres manières bien pires.
Pas très joyeux n’est ce pas ?

Ce bouquin, il est super flippant. J’ai fait l’erreur de lire de 23h à 00h00, car je n’arrivais pas à dormir, et après, j’avais tellement la frousse ! Enfin bref, vous voulez vous faire des petites frayeurs, lisez le bouquin !

J’avoue que je ne sais plus trop quoi dire… Il se passe beaucoup trop de choses trop complexes pour que je vous les décrivent. En tout cas, la fin est très surprenante… Assez, dérangeante. Mais j’ai tout de même hâte de lire le deuxième tome, que je ne tarderais pas à acheter !

Un roman à lire.

J’ai A-DO-RE :

17

 

100 000 canards par un doux soir d’orage

Auteur : Thomas Carreras

.

Traducteur : Roman français

.

Public : adolescents et jeunes adultes

.

Edition : Sarbacane

.

Page : 300

.

Prix : 16,00 €

.

Résumé : Anatidaephobia (n.f) : Peur panique à l’idée d’être observé par des canards.

Quand Ginger, 18 ans, débarque à Merrywaters – le bled le plus paumé d’Angleterre – pour assister à un festival de musique, elle est loin de se douter que les canards seront aussi nombreux dans le coin. Ni qu’ils commenceront à l’espionner…

LA SUITE ? AH NON, C’EST TOUT, ON NE VOUS DIT PLUS RIEN !

Sachez seulement qu’aucun canards n’a été blessé pendant l’écriture de ce livre.

« Merde, il pleut. »

L’avis de La Bouquineuse :

Si vous me demandé de décrire ce roman en une phrase, je vous répondrais certainement :

C’EST UN TRUC DE PSYCHOPATHE !!

Nan, sérieux ! C’est vraiment un truc de fou !

On rentre dans l’histoire avec cette phrase : « Merde, il pleut ». Phrase qui m’a d’ailleurs fait bien rire. Je n’avais encore jamais lu un livre qui nous fasse un accueil si… chaleureux.
Enfin bref, au début, on est dans la peau de Ginger. Elle m’a tout de suite plu. Je trouvais sa façon de penser (?) très agréable, très drôle, mais surtout, très simple. On peut facilement s’identifier à elle, et ça, c’est vraiment cool.
Comme nous le dit le résumé, elle débarque dans un village paumé d’Angleterre pour assister à un festival de musique. Jusque là, ça va.
Elle se trouve un job dans un pub.
Ca va toujours ?
Et puis y’a les canards.
Okey ?

Ouai, le problème, c’est que y’a des canards. Beaucoup, beaucoup de canards. En même temps, là bas, c’est normal. C’est la spécialité du coin. et c’est très bon ! Bon, d’accord, Ginger se sent observée par les canards. Et ? N’est-elle pas folle de penser de telles choses ?
Jusque là, je ne vous spoile pas, tout est dans le résumé !
Enfin, voilà quoi.

Ce roman ne vous intrigue-t-il pas ? Personnellement, il m’avait énormément… attiré. J’en avais entendu de très bons avis, et j’avoue que la couverture et le résumé ne me laissaient pas indifférente.

Euh… Franchement, à par vous présenter Ginger… je ne sais pas quoi écrire d’autre… Je ne peut absolument rien dire ! Sinon je vous spoilerai.

Ah ! Quand vous le lirez, vous inquiétez pas, au bout d’un moment, vous ne remarquerez même plus les grossièretés  ^^ Et puis, franchement ça en vaut la peine, car je n’ai jamais été autant traumatisée par un bouquin ! A un moment, je suis vraiment morte de rire, l’instant d’après je suis carrément effrayée par la scène qui se déroule sous mes yeux !

Franchement, ce livre, c’est un truc de fou…

J’adorerai rencontré Thomas Carreras et lui demandé… comment est ce qu’il a pu écrire une telle chose ?

COUP DE COEUR (x2, x3, x 10 000 000 !!!)

131313

Journal d’un vampire – T.1 –

Auteur : L.J. Smith

.

Traducteur : Agnès Girard

.

Public : Adolescents et jeunes adultes

.

Edition : Hachette
                  Black Moon

.

Pages : 456 

.

Prix : ~16 €

.

Résumé : Dès l’arrivée de Stefan Salvatore à Fell’s Church, Elena, la reine du lycée, se jure de le séduire. D’abord distant, le garçon aux allures d’ange rebelle finit par céder à sa passion dévorante… et à lui révéler son terrible secret. Quelques siècles plus tôt, la femme qu’il aimait l’a transformé en vampire, avant de le trahir avec son frère ennemi, Damon. Des événements tragiques se succèdent bientôt dans la région. Tout accuse Stefan mais Elena est convaincue de son innocence. Et si Damon, vampire cruel et assoiffé de sang, était derrière tout cela ? L’histoire est-elle amenée à se répéter ?

« Elle avait l’impression d’être comme ces gens qui demandent « Il y a quelqu’un ? » en entrant dans une maison vide tout en redoutant qu’on leur réponde. »

L’avis de La Bouquineuse :

Mon avis est assez mitigé… Le début m’a beaucoup plus. La fin également. C’est entre les deux que ça m’a gêné. Mais en général c’est une bonne lecture.

On commence la lecture en rencontrant Elena, une jeune fille qui m’a d’abord énormément agacé. Elle est la fille la plus populaire, celle que tout le monde veut fréquenter au lycée. Et donc elle se sent vraiment au dessus des autres, mais à un point ! Selon elle, aucun garçon ne peut lui résister, elle l’ai fait tous craqué. Alors quelle n’est pas sa frustration lorsque que Stefan Salvatore, le nouveau du bahut, passe devant elle sans même lui accorder un seul regard ! Elle ne sent remet pas. Elle en pleure carrément.
Mais ce qui m’a fait l’apprécier, c’est le fait que l’on voit une réelle évolution au cours du roman. Elle grandit, elle murit, même si son coté prétentieuse remonte de temps en temps, ainsi que son sentiment de supériorité.

Quand à ce fameux Stefan Salvatore, il m’a plus plu au début qu’à la fin. Même si tout au long du roman il a été le cliché même du vampire qui essai de s’adapter dans le monde des mortels mais qui n’y parvient pas.
Malgré tout, son passé m’a touchée.

Son frère, en revanche, je l’ai vraiment aimé. Bon, certes, il est vraiment pas cool… C’est même le méchant de l’histoire. Mais c’est un des seuls personnages que j’ai trouvé vrai.
Donc… Pour ce roman, mon personnage préféré a été le méchant, le cruel, l’assassin.
On est pas parfait 😉

Pour l’histoire en général… comme je vous le disais, mon avis est moyen. Mais bon, je continuerai quand même la collection, mais je ne sais pas si je la finirai.

Je ne sais pas quoi vous dire de plus… Donc je vais vous quitter là ^^

J’ai aimé :  

11

Sans prévenir

Auteur : Matthew Crow

.

Traducteur : Marie Hermet

.

Public : Adolescents et jeunes adultes

.

Edition : Gallimard
                 Scripto

.

Pages : 306

.

Prix : 11,90 €

.

Résumé : A 15 ans, Francis Wootton est passionné de vieux films, de musique rock et de lectures romantiques. Mais avant tout, il ne se prend pas au sérieux. Sans prévenir, un jour, la vie bascule. ON lui diagnostique une leucémie. A l’hôpital où il entre pour son traitement, il rencontre Ambre, son caractère de chien, son humour féroce, sa vulnérabilité désarmante…

« – Tu sais ce qu’il y a de mieux avec les étoiles ?
– C’est quoi ?
– Elles sont mortes mais on peut quand même les voir. Quand on regarde le ciel, on regarde des millions de souvenirs, des millions de versions différentes de quelque chose qui était là avant. Et ce n’est même pas romantique, c’est de la science.
J’ai voulu argumenter :
– C’est un peu romantique aussi.
– Non, ça ne l’est pas. C’est réel, et c’est ce qui est important. »

L’avis de La Bouquineuse :

Ce roman ne peut éviter les comparaisons avec Nos étoiles contraires, c’est évident. Deux adolescents, malades du cancer, tombant amoureux… Voilà quoi…
Je n’ai pas eu trop le temps d’appréhender cette lecture, vu que je l’ai commencer dans la voiture, en rentrant chez moi après l’avoir acheté.

Le début m’a vraiment plu. Le style d’écriture de l’auteur me plaisait et l’histoire me plaisait. Mais très vite, j’ai commencé à me lasser, à m’ennuyer, et à complètement décrocher.
C’est pour cela que j’ai mis beaucoup de temps à lire ce roman.
J’aurais simplement pu m’arrêter de le lire, pourtant quelque chose me disait qu’il fallait que je le continu.
Et finalement, cette lecture qui paraissait bien partie pour être dans les « Je n’ai pas aimé » est remontée à « J’ai aimé ». Pas mal, pas mal.

Nous vivons l’histoire dans la peau de Francis, un jeune garçon de 15 ans. Il mène une vie  assez étrange… Sa sœur jumelle est morte à l’âge de 8 ans, son père est partit, son frère ainé vit dans un maison sale, en compagnie d’autre jeunes adultes drogués, fumeur, alcoolique (ce qui est lui même), et sa mère est une sorte de femme hyper compulsive.
Et au milieu de tout ça, il y a Francis. Relativement normal.
Si ce n’est qu’on lui diagnostique une leucémie Chose qui va une nouvelle fois faire basculer sa vie. Dans le mauvais comme dans le bon sens.

Si vous avez lu le résumé, vous savez déjà qu’il va rencontrer une certaine Ambre, à l’hôpital.
Ambre est également assez étrange. Elle est lunatique, parfois vraiment méchante, parfois on ne peut plus drôle, parfois muette, parfois bavarde…
Mais malgré tous ces petits défauts d’apparence, j’ai réussi à voir son moi profond, et j’ai compris que, sous sa carapace invincible, elle était tout ce qu’il y a de plus vulnérable.

Et si, encore une fois, vous avez lu le résumé, vous vous douterez qu’il tombe amoureux.
Et leur relation, bien que temporaire, est vraiment belle.
Mais je n’ai pas envie de vous en parler, je préfère que vous la découvriez par vous même.

Un petit truc ma déranger pendant toute ma lecture : le fait qu’on a l’impression que l’auteur saute des passages. Mais bon, on comprend l’histoire, c’est le principal.

Donc….

J’ai aimé :

11

Miss Peregrine et les enfants particuliers – Hollow city

Auteur : Ransom Riggs

.

Traducteur : Sidonie Van den Dries

.

Public : adolescents et jeunes adultes

.

Edition : bayard

.

Pages : 502

.

Prix : 16,90€

.

Résumé : Un deuxième tome merveilleux et étrange, tout aussi passionnant.
(Et oui, j’ai choisi de vous mettre ce qu’il y a derrière la couverte, et pas le vrai résumé. Car moi, j’ai commencé ce livre uniquement avec ces informations.)

« Les pêcheurs qui jetaient leurs filets interrompaient leur besogne pour nous observer, sans savoir si nous étions réels ou imaginaires : des fantômes flottants ou des fantômes en devenir. »

L’avis de La Bouquineuse :

Pour la première fois depuis très, très, très longtemps, j’ai lu deux livres d’une même collection à la suite. Et oui, je vous ai déjà de nombreuses fois dis que j’avais beaucoup de mal à rester dans le même univers pendant très longtemps, c’est donc pour cela qu’en général, je lis d’autres romans entre. Mais là, j’ai tellement aimé que je ne pouvais plus quitter ce monde merveilleux, bien que parfois sinistre, des boucles temporelles, des enfants particuliers, et… et tout ce qui va avec.
Mais c’est aussi le personnage de Jacob, auquel je me suis beaucoup attachée (non seulement parce qu’il porte un prénom sublime, mais aussi car… car il est Jacob, tout simplement) qui m’a fait revenir si vite dans l’histoire. Il sait que tout le monde compte sur lui, ou presque, car certains se montrent quelque peu réticents, mais il se sent incapable de les guider. J’ai beaucoup apprécié le fait qu’il ne profite pas de la situation pour être prétentieux, ou quelque chose du genre, comme la plupart des personnes l’aurait fait à sa place. Il est au contraire très peu sur de lui, il doute beaucoup et est complètement écraser par sa lourde tache.
D’ailleurs, ce n’est pas particulièrement grâce à lui que le petit groupe avance dans sa quête. Tout le monde participe à sa manière, mais Jacob connait si peu le monde des particuliers qu’il en devient presque inutile. Bon, d’accord, il a le don de voir les monstres, mais a par ça, c’est encore un gamin de 16 ans ordinaire et moderne, qui se retrouve dans le passé avec des amis pour le moins étranges.

J’avoue que j’ai eu juste un peu de mal à re-rentrer dans l’histoire, mais au bout de 30 pages, c’est bon, j’y étais. Le début est plus ou moins ennuyeux, car j’ai trouvé qu’il se passait trop peu de choses. J’aurais aimé un peu plus d »action, mais bon, j’imagine que c’était le calme avant la tempêtes, parce qu’après, je n’ai même plus eu le temps de respirer entre deux évènements.

Ce qui m’a le plus plu dans ce deuxième tome, c’est le fait que j’ignorai tout de la fin… jusqu’à la fin. Je n’ai cessé de faire des suppositions qui se révélaient fausses la page d’après. Et, alors qu’il ne me restait même pas trente pages avant la fin, j’étais persuadé, mais alors vraiment persuadé que le livre allait se finir d’une manière, et que ce serai le dernier tome de cette série. Et pourtant non. C’est avec un affreux suspens que ce termine ce livre, un suspens qui, depuis hier, me torture, ne me laissant aucun répit. Je ne cesse d’imaginer ce qui se passera dans le tome 3, car, oui, maintenant c’est obliger, il va y avoir un tome trois. Chaque fois, je m’imagine des scénarios différents. Et j’ai du regarder déjà au moins 10 fois quand ce fameux tome 3 doit sortir, et je ne trouve absolument aucune information !
Ca m’agace énormément. Si vous savez quand il doit sortir, surtout, dites le moi en commentaire !

En bref, un énorme coup de cœur, encore une fois