Archives de tags | Maladie

Sans prévenir

Auteur : Matthew Crow

.

Traducteur : Marie Hermet

.

Public : Adolescents et jeunes adultes

.

Edition : Gallimard
                 Scripto

.

Pages : 306

.

Prix : 11,90 €

.

Résumé : A 15 ans, Francis Wootton est passionné de vieux films, de musique rock et de lectures romantiques. Mais avant tout, il ne se prend pas au sérieux. Sans prévenir, un jour, la vie bascule. ON lui diagnostique une leucémie. A l’hôpital où il entre pour son traitement, il rencontre Ambre, son caractère de chien, son humour féroce, sa vulnérabilité désarmante…

“- Tu sais ce qu’il y a de mieux avec les étoiles ?
– C’est quoi ?
– Elles sont mortes mais on peut quand même les voir. Quand on regarde le ciel, on regarde des millions de souvenirs, des millions de versions différentes de quelque chose qui était là avant. Et ce n’est même pas romantique, c’est de la science.
J’ai voulu argumenter :
– C’est un peu romantique aussi.
– Non, ça ne l’est pas. C’est réel, et c’est ce qui est important.”

L’avis de La Bouquineuse :

Ce roman ne peut éviter les comparaisons avec Nos étoiles contraires, c’est évident. Deux adolescents, malades du cancer, tombant amoureux… Voilà quoi…
Je n’ai pas eu trop le temps d’appréhender cette lecture, vu que je l’ai commencer dans la voiture, en rentrant chez moi après l’avoir acheté.

Le début m’a vraiment plu. Le style d’écriture de l’auteur me plaisait et l’histoire me plaisait. Mais très vite, j’ai commencé à me lasser, à m’ennuyer, et à complètement décrocher.
C’est pour cela que j’ai mis beaucoup de temps à lire ce roman.
J’aurais simplement pu m’arrêter de le lire, pourtant quelque chose me disait qu’il fallait que je le continu.
Et finalement, cette lecture qui paraissait bien partie pour être dans les “Je n’ai pas aimé” est remontée à “J’ai aimé”. Pas mal, pas mal.

Nous vivons l’histoire dans la peau de Francis, un jeune garçon de 15 ans. Il mène une vie  assez étrange… Sa sœur jumelle est morte à l’âge de 8 ans, son père est partit, son frère ainé vit dans un maison sale, en compagnie d’autre jeunes adultes drogués, fumeur, alcoolique (ce qui est lui même), et sa mère est une sorte de femme hyper compulsive.
Et au milieu de tout ça, il y a Francis. Relativement normal.
Si ce n’est qu’on lui diagnostique une leucémie Chose qui va une nouvelle fois faire basculer sa vie. Dans le mauvais comme dans le bon sens.

Si vous avez lu le résumé, vous savez déjà qu’il va rencontrer une certaine Ambre, à l’hôpital.
Ambre est également assez étrange. Elle est lunatique, parfois vraiment méchante, parfois on ne peut plus drôle, parfois muette, parfois bavarde…
Mais malgré tous ces petits défauts d’apparence, j’ai réussi à voir son moi profond, et j’ai compris que, sous sa carapace invincible, elle était tout ce qu’il y a de plus vulnérable.

Et si, encore une fois, vous avez lu le résumé, vous vous douterez qu’il tombe amoureux.
Et leur relation, bien que temporaire, est vraiment belle.
Mais je n’ai pas envie de vous en parler, je préfère que vous la découvriez par vous même.

Un petit truc ma déranger pendant toute ma lecture : le fait qu’on a l’impression que l’auteur saute des passages. Mais bon, on comprend l’histoire, c’est le principal.

Donc….

J’ai aimé :

11

L’Epreuve – La Terre Brulée

Auteur : James Dashner

.

Traducteur : Guillaume Fournier

.

Public : adolescents et jeunes adultes

.

Edition : PKJ

.

Pages : 412

.

Prix : 18,50 €

.

Résumé : Thomas et les autres survivants regretteraient presque la vie dans le Labyrinthe. Ils avaient de la nourriture, un abri et une certaine sécurité… Or le monde qu’’’ils découvrent à l’extérieur a été ravagé par l’apocalypse. La terre est dépeuplée, brûlée par les éruptions solaires et par un nouveau climat ardent. Plus de gouvernement, plus d’ordre… et des hordes de gens infectés en proie à une folie meurtrière qui errent dans les villes en ruine.
Au lieu de liberté, Thomas et les autres se trouvent confrontés à une nouvelle épreuve imaginée par le WICKED. Ils doivent traverser la Terre Brûlée, la zone la plus dévastée, pour atteindre un refuge sans doute paradisiaque. Mais l’atteindront-ils à temps malgré tous les obstacles qui se dressent sur leur route? 

“S’il y a une chose que je peux vous dire aujourd’hui, c’est de ne jamais, jamais, vous fier à vos yeux. Ni à votre esprit, d’ailleurs.”

*

“Robert m’a pris mon blair, c’est clair. Et c’est l’enfer.”

L’avis de La Bouquineuse :

La première chose que je dirais est : ouaaaaww… J’avoue que j’appréhendais quelque peu de lire ce roman, de peur d’être déçue… Car je me demandais vraiment ce que l’auteur avait trouvé de si original pour continuer cette trilogie. Finalement, c’était plutôt pas mal, je l’avoue… C’est vraiment très différent du premier tome, c’est sur, mais tout aussi bien, voir meilleur.

J’ai été plus qu’heureuse de l’importance que James Dashner a donner à ses personnages dans ce deuxième roman. J’ai vraiment pu découvrir leur vrai personnalité. Je l’ai ai vu sous un autre jour… Et je l’ai ai adoré !
En plus, cette fois, l’histoire n’est pas centrée que sur Thomas. Minho, Newt, Poêle-a-frire ainsi que de d’autres personnages ont joué un rôle plus qu’important dans l’histoire. Et vu que mes deux favoris sont Minho et Newt, c’était super ! J’ai d’ailleurs beaucoup rit, car ces deux derniers ne cessent de se chamailler.

Tout à l’heure, je vous disais que le livre était mieux que le précédent. Vous savez pourquoi ? Car je n’ai pas eu le temps de m’ennuyer une seule seconde ! De l’action… De l’aventure… De l’action… Une tempête… Des fondus qui veulent un blair…. Enfin bref… C’était… épique ! Et si accrocheur que je n’i pu lâchez le bouquin avant d’arriver au dernier mot ! Car je l’ai lu en seulement deux jours, ce qui est pas mal étant donné que ce roman fait 412 pages et qu’un des jours j’étais au collège de 8h30 à 17h.

En bref, une superbe suite, avec des personnages recherchés, drôles et agréables et une aventure à couper le souffle !

J’ai A-DO-RE  !

17

***

J’ai lu ce livre en lecture commune avec Amandine, du blog La croqueuse de Livres !

Et Voici la chronique du premier tome : ICI

La fille qui ne croyait pas aux miracles

Auteur : Wendy Wunder

.

Traducteur : Raphaële Eschenbrenner

.

Public : adolescents et jeunes adultes

.

Edition : Le livre de poche jeunesse

.

Pages : 376

.

Prix : 6.90€

.

Résumé : Cam ne croit pas aux miracles, 

A la magie non plus. Elle sait qu’elle est malade, condamnée. 
Fin du débat. 
Elle établit alors la liste des projets à réaliser sans attendre :
-“Le faire” pendant une soirée de lycéens bien arrosée
-Avoir le cœur brisé par un sale type,
-pleurer, bouder et dormir durant un samedi entier,
-renverser une vache qui dort debout,
-abîmer les rêves de sa petite sœur.
-Commettre de minables vols à l’étalages…
Seulement Cam n’est pas du genre à attendre que le destin ne se décide.
Elle préfère se débrouiller seule pour mettre en œuvres toutes ses idées.
En aura-t-elle le temps ?     

“Le fait de penser aux gens empêche peut-être ces derniers de disparaître.”

L’avis de La Bouquineuse :

J’avoue que j’ai eu beaucoup de mal à m’y mettre. J’ai failli abandonner ! Mais étant donner que j’ai lu ce roman dans le cadre d’une lecture commune avec le blog Les Petites Lectrices, je me devais de le terminer. Et franchement, je ne l’ai pas regretté  !

Cam est une jeune fille qui ne croit pas aux miracles. Elle sait qu’elle va mourir, et ne veux pas avoir ne serai ce qu’un infime espoir du contraire.
Elle tente tant bien que mal de raisonner sa mère, sa sœur, sa famille… Mais rien à faire, elle est la seule assez terre-à-terre, assez raisonnable. La seule à avoir le courage nécessaire pour ne pas se voiler la face. J’ai vraiment admiré sa façon de ne pas se faire d’illusion, même si c’est une des seules choses que j’ai aimé chez elle. Oui, car elle a vraiment un coté très pessimiste peu agréable, qui m’a refroidie et m’a empêché de vraiment l’apprécier. D’ailleurs, c’est en partie à cause d’elle que j’ai faillit abandonner l’histoire. Mais, en la voyant évolué, je n’ai pas pu me retenir de savoir comment serai son mode de pensées à la fin du roman. Est ce qu’elle allait enfin croire aux miracles ?

Quand j’ai commencé à lire le roman, je m’attendais à retrouver la même histoire que celle de Je veux vivre, de Jenny Downham (Chronique ici), mais finalement, pas tellement. Evidemment, il y a encore la liste de chose à faire, la maladie… mais à par ça, très peu, voir aucunes choses ne sont semblables.

Comme je vous le disais, j’ai plus apprécié Cam vers la fin du livre, car donnes l’impression d’être plus humaine, moins égoïste. Elle commençait à se “détendre”, à penser aux autres et essayer de vivre normalement. Mais elle refuse encore l’amour. Elle ne veut faire de mal à personne, ne veut plus s’attacher à rien…

En bref, une histoire et une héroïne qui évoluent et deviennent plus intéressantes au fil du roman. Un avis mitigé au début qui s’est transformé en agréable lecture. Un livre à lire, franchement.

J’ai aimé :

11

 

Jessica Jupiter s’occupe de tout !

Auteur : Melody James

.

Traducteur : Nathalie Azoulai

.

Public : Pré-ados et adolescents

.

Edition : La Martinière J. (site)

.

Pages : 209

.

Prix : 11,90€

.

Résumé : Grâce à ses horoscopes, Jessica Jupiter est la star du collège.

Dans le webzine du collège, Gemma rédige ses horoscopes nous le nom de Jessica Jupiter. Sa rubrique cœur est super populaire ! Tous les élèves suivent ses conseils. Dire que Gemma se rêvait journaliste.

Mais pour une fois, Gemma a l’occasion de montrer de quoi elle est capable : elle doit aider un reporter du webzine sur une VRAIE enquête journalistique.

Pourtant, Jessica Jupiter a du pain sur la planche : sa copine Savannah est tombée AMOUREUSE d’un GARCON STUPIDE, et elle aimerait lui ouvrir les yeux. Une nouvelle mission qui pourrait s’avérer plus difficile que prévu !

Grâce a ses prédictions, Gemma a déjà joué les Cupidons. Deviendra-t-elle une briseuse de cœur ?

***

Chronique du premier tome :

***

L’avis de La Bouquineuse :

J’ai été ravie de retourner dans l’univers de Gemma Stone, alias Jessica Jupiter. On se retrouve vraiment dans le collèges de nos jours, ou presque, et l’auteur arrive parfaitement à décrire tout cela ! On dirait que c’est elle, l’adolescente.

Comme d’habitude, sa plume est très légère et très agréable. C’est un pur bonheur que de lire ses romans. C’est vraiment un moment de détente.
Moment de détente rapidement passé, car j’ai mis moins d’une journée à le lire, mais en même temps, deux cents pages c’est peu.

Bref.

Je ne sais pas vraiment quoi dire de plus. En fait, je n’ai rien de particulier à dire sur l’histoire, tout est au dessus.

Désolé pour la petite taille de cette chronique.

J’ai beaucoup aimé :

20

Deux petits pas sur le sable mouillé

Auteur : Anne-Dauphine Jullian

.

Traducteur : Témoignage Français

.

Public : Plus adultes, mais je le lis, donc adolescents aussi… mais je pense que seule une mère peut vraiment comprendre.

.

Edition : J’ai lu (site)

.

Pages : 245

.

Prix : 6€

.

Résumé : Tout commence sur une plage, quand Anne-Dauphine remarque que sa fille marche d’un pas hésitant. Après une série d’examens, les médecins découvrent que Thaïs est atteinte d’une maladie génétique orpheline. Elle vient de fêter ses deux ans et il  ne lui reste que quelques mois à vivre. L’auteur lui fait alors une promesse : “Tu vas avoir une belle vie. Pas une vie comme les autres, mais une vie dont tu pourras ^^être fière.  Et où tu ne manqueras jamais d’amour.”

Ce livre raconte l’histoire de cette promesse et la beauté de cet amour. Tout ce qu’un couple, une famille, des amis, une nounou sont capables de mobiliser et de donner.

Il faut ajouter de la vie aux jours, lorsqu’on ne peut plus ajouter de jour à la vie.

“Tu vas avoir une belle vie. Pas une vie comme les autres, mais une vie dont tu pourras etre fière. Et où tu ne manqueras jamais d’amour.”

“Il faut ajouter de la vie au jour, lorsqu’on ne peut plus ajouter de jours à la vie.”

L’avis de La Bouquineuse :

Les témoignages sont les plus touchants de tous les livres.
Ceux qui parlent de la vie, de la mort, de la maladie, de la souffrance le sont encore plus.

Anne-Dauphine Julliand raconte ici les épreuves qu’elle a du traverser, avec son compagnon Loïc, son fils Gaspard et ses deux filles, Thaïs et Azylis. Car un jour, elle a remarqué que la façon de marcher de Thaïs était étrange. A partir de ce jour là, sa vie n’a plus jamais été la même.
Thaïs est atteinte d’une grave maladie orpheline : la leucodystrophie métachromatique, alors qu’elle vient à peine de fêter ses deux ans.

Anne-Dauphine se battra jusqu’au bout, pour que sa fille ai une belle vie.

“Si tu savais…”

Je n’ai pas pleuré, mais je ne compte même plus les fois où j’ai eu les larmes aux yeux.

Je ne peux pas dire que j’ai vécu tout ce qui s’est passé avec la famille d’Anne-Dauphine, non, car je ne peux tout simplement pas réaliser l’ampleur… de tout ça.

Maintenant, Thaïs me manque à moi aussi. Et quand je me dis qu’elle à réellement souffert, qu’elle est réellement morte… Oui, dis comme ça, ça peut paraitre mal, de dire le mot interdis. Mais Anne-Dauphine m’a appris qu’il ne fallait pas avoir pet des mots. Pas plus que de la maladie ou de la mort. Et elle m’a également fait réaliser que la seule chose vraiment importante, celle qui compte le plus… c’est l’amour. L’amour sous toute ses formes.

” C’est pas grave la mort.
C’est triste, mais c’est pas grave.”

Sans doute le plus gros coup de cœur que j’ai jamais eu :

13


Anne-Dauphine est journaliste et vit à Paris.