Archives de tags | Garçon

Aux délices des anges

Auteur : Cathy Cassidy

.

Traducteur : Anne Guitton

.

Public : pré-adolescents, adolescents et jeunes adultes

.

Edition : Nathan

.

Pages : 220

.

Prix : 14,90 €

.

Résumé : Il suffit parfois de pousser une porte pour changer sa vie…. Et si c’était la porte d’une pâtisserie ?

    Je m’appelle : Anya
Mon âge : 13 ans
Je suis : tout juste arrivée de Pologne
Mon style : vieil uniforme acheté d’occasion
Je rêve : de commencer une vie géniale en Angleterre

Mon problème : rien ne se passe comme prévu, ni la vie en Angleterre, ni ma relation avec Dan, ce garçon rebelle pour qui je craque malgré moi…

“Au coin de la rue, je vois une ombre bouger. Je suis presque sure que c’était un ange.”

L’avis de La Bouquineuse :

Je suis entrée dans ce nouveau roman de Cathy Cassidy avec un peu d’appréhension car le résumé ne me rappelait que trop de celui du premier tome de la saga Les Filles au chocolat. Une jeune fille qui emménage dans un nouveau pays, qui a du mal à s’intégrer mais qui en plus tombe amoureuse du mauvais garçon… ça ne va pas sans nous rappeler Cherry, ses demies sœurs et Shay.

Cette fois, nous rencontrons Anya, une jeune polonaise qui débarque tout juste en Angleterre. Première mauvaise surprise, elle n’arrive pas à comprendre un seul mot de la langue qu’elle avait pourtant étudiée pendant de longs mois car l’accent est trop différent. Deuxième fait déplaisant, elle qui c’était imaginé vivre dans un joli cottage, avec jardin, se retrouve obligé de partagé une chambre avec sa petite sœur dans un appartement minuscule et sale. Et puis, en plus de ça, elle ne parvient pas à s’intégrer, compare ses nouveaux compagnons de classes avec des animaux mal élevés qui, eux, la prennent pour une fille muette, pauvre, et bizarre.

Donc, voilà, c’est un peu ainsi que ça se passe pendant les 2o premières pages. Mais, étonnement, au bout de moins de deux semaines passer là bas, Anya maitrise déjà presque parfaitement la langue, et comprend tout le monde. C’est une des premières choses qui m’ont déplus, car oui, il y a d’autres incohérences.

Finalement, on peut séparer ce roman en deux partie. La première, c’est quand elle à des problèmes sociaux avec les autres collégiens. La deuxième, quand elle a des problème familiaux. Pas vraiment simple de trouver un peu de bonheur au milieu de ce perpétuel bazar. Mais bon, comme d’habitude, Cathy Cassidy arrive à nous faire sourire.

Ca, c’était pour l’histoire, mais passons aux personnages, car j’ai quand même pas mal à dire sur eux.

D’abord Anya, qui se croit un peu trop au dessus de tout le monde, qui se met un peu trop en avant.
Il y a ensuite Dan, ce “garçon rebelle” qui est très étrange. Un coup il met le feu à sa table en cour, un coup il à des allure d’ange. Je n’ai pas trop apprécié ce personnage, car je l’ai trouvé trop… instable… bancal…

Enfin, bref. Un nouveau roman plutôt sympa de Cathy Cassidy.

j’ai aimé

11

 

Miss Peregrine et les enfants particuliers

Auteur : Ransom Riggs

.

Traducteur : Sidonie Van den Dries

.

Public : adolescents et jeunes adultes

.

Edition : Bayard

.

Pages : ~432

.

Prix : 15,90 €

.

Résumé : Une  histoire merveilleuse, étrange, émouvante et palpitante.
Un roman fantastique qui fait réfléchir sur le nazisme, la persécution des juifs, l’enfermement et l’immortalité.

“Le brouillard nous aveuglait aussi surement qu’un bandeau.”

L’avis de La Bouquineuse :

Avant de commencer, je tenais à m’excusez, car cette chronique aurait due être postée Mercredi, mais part manque de temps, ça ne s’est pas fait.

J’avais vraiment hâte de lire ce roman. Je voulais ce livre depuis tellement de temps ! Je ne le trouvais plus nul part, c’est pourquoi je l’ai demandé à mes parents pour Noel. Et maintenant, me voilà en train de le chroniquer.

Je peux vous dire que ce bouquin est un véritable coup de cœur. Je prends de plus en plus gout aux histoires compté par un garçon. Je trouve ça différent… Ca change, les points de vues sont différents. Enfin, voilà, c’est un gout… un gout qui varie pour chacun…

Cette fois, c’est Jacob (j’adore ce prénom) que nous rencontrons. Il est… on ne peut plus banal… Au début, on le croirait même délinquant. Pourquoi ? Parce qu’il essai de se faire virer de son travail, et que son seul ami est… quelqu’un de moyennement recommandable. Mais on se rend rapidement compte qu’il n’en n’est rien. C’est un jeune homme raisonnable, quoique pouvant se laisser facilement emporter, et parfois trop peu sûr de lui. Je l’ai vraiment beaucoup aimé.

Avant de commencer ce livre, je me demandais vraiment dans quoi je me lançais. Car oui, j’avais vraiment envie de le lire, mais j’ignorai vraiment tout de ce bouquin.

C’est affreux, j’ai vraiment énormément de mal à parler des livres que j’ai aimer… En plus, j’ai vraiment peur de spoiler.

Tout ce que vous devez savoir, c’est que cette histoire est ni vraiment paranormale, ni vraiment fantastique… C’est un peu bizarre… Mais c’est génial.

Coup de cœur :

13

 Ps : J’ai appris que le film du livre sortira en 2016, créer par Tim Burton (ca promet d’etre cool).

 

 

 

 

La fille qui ne croyait pas aux miracles

Auteur : Wendy Wunder

.

Traducteur : Raphaële Eschenbrenner

.

Public : adolescents et jeunes adultes

.

Edition : Le livre de poche jeunesse

.

Pages : 376

.

Prix : 6.90€

.

Résumé : Cam ne croit pas aux miracles, 

A la magie non plus. Elle sait qu’elle est malade, condamnée. 
Fin du débat. 
Elle établit alors la liste des projets à réaliser sans attendre :
-“Le faire” pendant une soirée de lycéens bien arrosée
-Avoir le cœur brisé par un sale type,
-pleurer, bouder et dormir durant un samedi entier,
-renverser une vache qui dort debout,
-abîmer les rêves de sa petite sœur.
-Commettre de minables vols à l’étalages…
Seulement Cam n’est pas du genre à attendre que le destin ne se décide.
Elle préfère se débrouiller seule pour mettre en œuvres toutes ses idées.
En aura-t-elle le temps ?     

“Le fait de penser aux gens empêche peut-être ces derniers de disparaître.”

L’avis de La Bouquineuse :

J’avoue que j’ai eu beaucoup de mal à m’y mettre. J’ai failli abandonner ! Mais étant donner que j’ai lu ce roman dans le cadre d’une lecture commune avec le blog Les Petites Lectrices, je me devais de le terminer. Et franchement, je ne l’ai pas regretté  !

Cam est une jeune fille qui ne croit pas aux miracles. Elle sait qu’elle va mourir, et ne veux pas avoir ne serai ce qu’un infime espoir du contraire.
Elle tente tant bien que mal de raisonner sa mère, sa sœur, sa famille… Mais rien à faire, elle est la seule assez terre-à-terre, assez raisonnable. La seule à avoir le courage nécessaire pour ne pas se voiler la face. J’ai vraiment admiré sa façon de ne pas se faire d’illusion, même si c’est une des seules choses que j’ai aimé chez elle. Oui, car elle a vraiment un coté très pessimiste peu agréable, qui m’a refroidie et m’a empêché de vraiment l’apprécier. D’ailleurs, c’est en partie à cause d’elle que j’ai faillit abandonner l’histoire. Mais, en la voyant évolué, je n’ai pas pu me retenir de savoir comment serai son mode de pensées à la fin du roman. Est ce qu’elle allait enfin croire aux miracles ?

Quand j’ai commencé à lire le roman, je m’attendais à retrouver la même histoire que celle de Je veux vivre, de Jenny Downham (Chronique ici), mais finalement, pas tellement. Evidemment, il y a encore la liste de chose à faire, la maladie… mais à par ça, très peu, voir aucunes choses ne sont semblables.

Comme je vous le disais, j’ai plus apprécié Cam vers la fin du livre, car donnes l’impression d’être plus humaine, moins égoïste. Elle commençait à se “détendre”, à penser aux autres et essayer de vivre normalement. Mais elle refuse encore l’amour. Elle ne veut faire de mal à personne, ne veut plus s’attacher à rien…

En bref, une histoire et une héroïne qui évoluent et deviennent plus intéressantes au fil du roman. Un avis mitigé au début qui s’est transformé en agréable lecture. Un livre à lire, franchement.

J’ai aimé :

11

 

Half Bad

Auteur : Sally Green

.

Traducteur : Marie Cambolieu

.

Public : adolescent et jeunes adultes

.

Edition : Milan (site)

.

Pages : 382

.

Prix : 16,90 €

.

Résumé : Tu ne sais ni lire ni écrire, mais tu guéris vites, pour un sorcier. Tu ne supportes pas de rester enfermé une fois la nuit tombée. Tu détestes les sorciers blancs, mais tu aimes Annalise. Tu es enfermé dans une cage depuis tes quatorze ans. Maintenant, tu n’as pas le choix : tu dois fuir et retrouver mercury, la sorcière noire qui dévore les petits garçons. Et tout ça avant ton dix-septième anniversaire. Facile…   

Tu n’est pas “mauvais”, Nathan. Rien en toi ne l’est.

L’avis de La Bouquineuse :

Sally Green nous transporte dans un univers de sorciers et de sorcières bien étrange, très loin de ceux que nous pouvons connaître.
Ici, les sorciers n’ont pas de baguette magique, et encore moins de balais, mais des dons, qu’ils obtiennent à l’âge de 17 ans, à condition d’avoir reçu 3 présents et bu le sang de ces ancêtres.
2 clans. Les Blancs, et les Noirs. Les Blancs sont les gentils, les Noirs les méchants. De grandes séries de tests, plus éprouvants les uns que les autres, permettent de vous classez dans une des catégories. Si vous avez de la chance, vous allez chez les Blancs, et vous vivez une existence heureuse. Mais si par malheur vous êtes envoyé chez lez noirs (finalement, tout cela dépend de votre vraie nature), vous risquez la mort à tous moments.

Dans ce roman, nous sommes dans la peau de Nathan, orphelin, vivant chez sa grand mère en compagnie de ses demies-sœurs et de son demi-frère. Sa mère, sorcière blanche, est morte peu après sa naissance (je ne vous donne pas plus de détails, tout est dans le livre). Son père, sorcier noir, est en fuite, traqué par des chasseurs (sorciers blancs), pour avoir assassiné… tellement de monde, et dérobé des objets de toute valeur (également expliqué dans le livre).
Jusqu’à ses 15/16 ans, il n’a pas encore été identifié. Il est… semi-code, entre les deux. Et il n’a pas la vie facile. Il n’est peut être pas noir, mais n’est pas blancs pour autant. Il peut être dangereux. Il faut le surveiller.
En grandissant, il a de moins en moins de libertés. Au bout d’un moment, il est même enfermé dans une cage, loin de ceux qu’il aime, loin de sa vie (non, ce n’est pas un spoiler, c’est écrit dans le résumé…).

Pendant… disons les 50 premières pages, c’est un récit en “tu” que nous découvrons. Un peu comme dans le résumé. Bien loin de me déplaire, ce style plutôt spécial nous donne cependant un étrange sentiment. C’est bizarre. Mais bon, après, nous retrouvons notre bonne vielle narration en “je”.  De plus, nous ne comprenons pas vraiment, car nous arrivons dans un monde totalement inconnu, sans explication préalable. C’est plus tard… au bout de la deuxième partie, si je ne me trompe pas, qu’on retourne dans le passé et qu’on comprend comment il en est arrivé là.

J’ai mis beaucoup de temps à le lire, et je n’en suis pas vraiment fière. Presque trois semaines. Mais bon, je ne vais pas vous le cacher, j’ai eu un peu de mal à accrocher. Et pourtant, j’ai trouvé le début plus intéressant que la fin.
Bon, comme je vous le disais, ce n’était pas une superbe lecture, mais je l’ai quand même appréciée. L’auteure est à Montreuil, et je compte bien faire dédicacer de bouquin !

J’ai aimé :

11