Love Letters to the dead

Love Letters to the dead

AUTEUR : Ava Dellaira                              PUBLIC : 13 ans et +

L’avis de La Bouquineuse :

Pour commencer, j’ai adoré l’ambiance. Une vie « normale », des personnages « normaux », un lycée ordinaire… Ca me change un peu des héroïne aux capacités surnaturelles, aux origines extraordinaires.

Toute l’histoire est racontée sous forme de lettres. Laurel raconte ses journées à des célébrités décédées comme Kurt Cobain, Amy Winehouse…  Ainsi, elle peut parler de ses problèmes librement à « quelqu’un ». Se confier à des personnes. Pas à un simple Journal, même si celles-ci sont mortes.
Souvent, elle compare des moment de la vie des stars, de ses héros/héroïnes, à des évènements de sa propre vie. Elle parle surtout de leur enfance, puis, plus tard dans le livre, de leur décès. Rarement de leur vie d’adulte.

On apprend en lisant le résumé, que Laurel avait une sœur. May. Mais celle-ci est morte dans des circonstances encore inconnues. Seule Laurel sait ce qui s’est vraiment passé, ce soir là. Elle va nous le raconter petit à petit, étapes par étapes.

Quelque chose qui m’a un peu gênée maintenant. Ou plutôt quelqu’un. C’est Sky. Ciel, oui. D’ailleurs, le père de Laurel à fait une blague un peu idiote sur ce prénom : « Sky ? Pourquoi pas Grass ? ». Je précise, Grass veut dire herbe, en anglais.
Donc pour en venir à ce qui m’a gênée, c’est son comportement. Au départ, il a tout d’un gentil garçon, puis d’un merveilleux petit copain. Mais plus tard, il commence à avoir du mal à supporter les crises de Laurel. Elle pleure souvent et fait des trucs dangereux. Okey, je comprend, ça peut faire peur, mais si il l’aime vraiment, il peut pas l’aider à surmonter la mort de sa sœur, à faire face à ce qui s’est vraiment passer le soir où elle est décédée ? Ben non. Pff… Voilà, c’est juste ce qui m’a un peu dérangé.

Quant à Laurel, elle est dans la phase où elle « se cherche ». Depuis toute petite, elle essaie de ressembler à sa sœur, qu’elle admire tant. Mais en vain.
On va en apprendre plus sur son enfance féérique. Féérique simplement parce que elle et May se sont inventées un monde bien à elles, peuplées de fées (elles mêmes), de méchantes sorcières à chasser et de sorts. On remarque, que, même au lycée, elle y croit encore. Mais pas de la même façon qu’avant.
Elle n’a pas la vie facile. Entre sa mère qui est partie, son père qui déprime un peu et sa tante qui est tellement croyante qui ne la laisse pratiquement rien faire, dur de respirer !

Du côté de ses amies, c’est assez compliqué. On découvre qu’elles ont des sentiments l’une pour l’autre mais qu’elles n’osent pas dévoiler cette histoire au grand jour. A la place, Hanna (mince, je ne sais plus s’il y avait un H a la fin…), sort avec plusieurs gars en même temps, pour cacher son jeux. On trouve ça un peu cruel pour Nathalie, mais on comprend pourquoi elle réagit ainsi.

Finalement, l’histoire se finit sur une note plutôt positive. Elle accepte la mort de May et parvient enfin à lui écrire ! En même temps on s’y attendait un peu. Seulement deux lettres pour elle, mais deux lettres qui veulent dire beaucoup.

Voilà, j’espère que ma chronique vous à plu. ^^

J’ai A-DO-RE :

17

Résumé :

Laurel vient de rentrer au lycée. Dans son nouvel établissement personne ne la connait, personne n’est au courant de la tragédie qui l’a frappée au printemps. C’est sans compter sur sa professeur d’anglais dont le premier devoir consiste à écrire une lettre à une personne décédée. Trouvant l’idée intéressante Laurel va écrire à ses idoles Kurt Cobain, Amy Winehouse, River Phoenix, Judy Garland et bien d’autres.
Dans ses lettres, elle écrit sur sa nouvelle vie, de son insertion dans un groupe d’amis à la séparation de ses parents. Elle va petit à petit se dévoiler et aborder la peine et la culpabilité qu’elle éprouve depuis la perte de sa sœur aînée.

 

Laisser un commentaire