La fille qui ne croyait pas aux miracles

Auteur : Wendy Wunder

.

Traducteur : Raphaële Eschenbrenner

.

Public : adolescents et jeunes adultes

.

Edition : Le livre de poche jeunesse

.

Pages : 376

.

Prix : 6.90€

.

Résumé : Cam ne croit pas aux miracles, 

A la magie non plus. Elle sait qu’elle est malade, condamnée. 
Fin du débat. 
Elle établit alors la liste des projets à réaliser sans attendre :
-“Le faire” pendant une soirée de lycéens bien arrosée
-Avoir le cœur brisé par un sale type,
-pleurer, bouder et dormir durant un samedi entier,
-renverser une vache qui dort debout,
-abîmer les rêves de sa petite sœur.
-Commettre de minables vols à l’étalages…
Seulement Cam n’est pas du genre à attendre que le destin ne se décide.
Elle préfère se débrouiller seule pour mettre en œuvres toutes ses idées.
En aura-t-elle le temps ?     

“Le fait de penser aux gens empêche peut-être ces derniers de disparaître.”

L’avis de La Bouquineuse :

J’avoue que j’ai eu beaucoup de mal à m’y mettre. J’ai failli abandonner ! Mais étant donner que j’ai lu ce roman dans le cadre d’une lecture commune avec le blog Les Petites Lectrices, je me devais de le terminer. Et franchement, je ne l’ai pas regretté  !

Cam est une jeune fille qui ne croit pas aux miracles. Elle sait qu’elle va mourir, et ne veux pas avoir ne serai ce qu’un infime espoir du contraire.
Elle tente tant bien que mal de raisonner sa mère, sa sœur, sa famille… Mais rien à faire, elle est la seule assez terre-à-terre, assez raisonnable. La seule à avoir le courage nécessaire pour ne pas se voiler la face. J’ai vraiment admiré sa façon de ne pas se faire d’illusion, même si c’est une des seules choses que j’ai aimé chez elle. Oui, car elle a vraiment un coté très pessimiste peu agréable, qui m’a refroidie et m’a empêché de vraiment l’apprécier. D’ailleurs, c’est en partie à cause d’elle que j’ai faillit abandonner l’histoire. Mais, en la voyant évolué, je n’ai pas pu me retenir de savoir comment serai son mode de pensées à la fin du roman. Est ce qu’elle allait enfin croire aux miracles ?

Quand j’ai commencé à lire le roman, je m’attendais à retrouver la même histoire que celle de Je veux vivre, de Jenny Downham (Chronique ici), mais finalement, pas tellement. Evidemment, il y a encore la liste de chose à faire, la maladie… mais à par ça, très peu, voir aucunes choses ne sont semblables.

Comme je vous le disais, j’ai plus apprécié Cam vers la fin du livre, car donnes l’impression d’être plus humaine, moins égoïste. Elle commençait à se “détendre”, à penser aux autres et essayer de vivre normalement. Mais elle refuse encore l’amour. Elle ne veut faire de mal à personne, ne veut plus s’attacher à rien…

En bref, une histoire et une héroïne qui évoluent et deviennent plus intéressantes au fil du roman. Un avis mitigé au début qui s’est transformé en agréable lecture. Un livre à lire, franchement.

J’ai aimé :

11

 

2 réflexions au sujet de « La fille qui ne croyait pas aux miracles »

    • Ouais, franchement j’ai très peu accroché au début, ça m’a beaucoup frustrée car j’en avais entendu de très bonnes critiques. Par contre, je te le dis tout de suite, ce n’est que vers le milieu où j’ai réellement eu envie de savoir comment ça allait se terminer.
      En tout cas, je suis contente que tu es envie de t’y remettre, je suis sur que ton avis passera de JE N’AI PAS AIME à J’AI AIME voir J’AI ADORE !
      Biz & Bye,
      La Bouquineuse

Laisser un commentaire