Delirium 2

Delirium tome 2 !!

AUTEUR : Lauren OLIVER                              PUBLIC : 13 et +

L’avis de La Bouquineuse :

J’ai beaucoup aimé cette suite de Delirium. J’ai eu ma dose d’émotion avec ce nouveau roman… Mais je crois que c’était plutôt de la haine. Haine … un peu sans raison.

Lena a beaucoup, beaucoup, changé. Elle n’est plus la même que dans le 1 et ça m’a un peu chagrinée. Je n’ai pas vraiment retrouvé l’héroïne qui m’avait fait vivre la première histoire.
Mais, lot de consolation, les nouveaux personnages m’ont beaucoup plus ! J’ai vraiment apprécié Raven (corbeau, en anglais). Elle est jeune, et a vécu tant de choses dans sa vie qu’une personne ordinaire ne connaitra jamais.

Quant à Julian (rrrrrrrrrrrrrrrr) je ne l’ai pas aimé du tout du tout du tout ! Je déteste tout en lui ! Egalement sa façon de séduire Le…. Oups… Je veux pas trop vous dévoiler de truc mais…. Bon, je l’avais quand même deviné dès qu’il est apparu dans l’histoire (aussi dans le résumé). Je…. J’ai aussi détesté Lena pour ça… Comment peut elle abandonner Alex comme ça ?! C’est…. juste trop pourri de sa part.

J’ai vraiment trouvé la fin affreuse pour A… pour un personnage et une bonne partie de problème de cœur pour Lena. Ca lui apprendra tiens ! RRRRRRRRRhhh !!!!

J’ai A-DO-RE

17

Résumé :

Lena vit dans un monde où le gouvernement impose aux jeunes de 18 ans une opération pour les immuniser contre l’amour. A la veille de son opération, Lena découvre ce sentiment interdit avec Alex et ensemble ils décident de s’enfuir. Mais seule Lena y parvient. Après s’être échappée de Portland dans le Maine, Lena rejoint une communauté d’Invalides – les résistants au système – réfugiée dans la Nature. Là-bas, elle se transforme en guerrière de la résistance. Un futur sans Alex semble d’abord inimaginable, mais Lena va de l’avant. Elle combat pour lui et pour un monde où l’amour ne serait plus considéré comme une maladie. Entraînée dans un mélange explosif de révolution et de contre-insurrection, Lena doit lutter pour survivre et croire encore que l’amour est possible, et plus encore : souhaitable…

 

 

Laisser un commentaire