Chante Luna

Auteur : Paule Du Bouchet

.

Traducteur : roman français

.

Public : adolescents et jeunes adultes

.

Edition : Gallimard

.

Pages : 266

.

Prix : 10.90€

.

Résumé :  Varsovie, 1939. Luna, jeune Juive d’origine polonaise, n’a qu’une passion, la musique et le chant. Sa voix est merveilleuse. Elle a quatorze ans lorsque les troupes allemandes entrent en Pologne. Très vite, la population juive est enfermée dans le ghetto. Commencent alors la persécution, la misère, la peur, la mort. Luna voit peu à peu disparaître tous les siens. Dans le cauchemar de la guerre, elle participe à la résistance du ghetto de Varsovie avec, pour seules forces, sa voix hors du commun et sa volonté de vivre et d’aimer…
Un roman bouleversant et un magnifique hymne à la vie.

Livre lu en lecture commune avec une amie.

« N’oublie pas : la peur, c’est bien pire que la mort. »

L’avis de La Bouquineuse :

J’ai tout de suite été emportée par ce roman. L’époque à laquelle Paule Du Bouchet nous ramène n’est pas des plus joyeuse, ni des plus belle, mais c’est certainement l’une des plus intéressante. Je dois un grand merci à ma mère, qui m’a avancé l’argent pour l’acheter, mais surtout, qui l’a trouvé. Oui, ca je ne l’avais pas du tout vu, et serai passée à coté si elle, elle ne l’avait pas remarquée. Alors Merci.

Je suis entrée assez rapidement dans l’histoire, mais me suis peu attachée à Luna, notre personnage principale. Je l’ai tout de suite trouvée assez prétentieuse, que ce soit lorsqu’elle assurait qu’elle avait une voix d’ange, qui faisait rire ou pleurer tout le monde, ou quand elle parlait de son assez grande ressemblance avec les Polonais. Blonde aux yeux bleus, au contraire de sa mère, de son père et de son frère qui eux, sont typiquement juifs, brun aux yeux banals. Mais cela ne m’a pas empêché d’apprécier tout son entourage, ou presque.

Mais, pour une fois, ce ne sont pas vraiment les personnages qui m’ont le plus intéressés. C’est vraiment l’histoire. J’étais plus qu’impatiente de savoir ce qui allait arriver à Luna, et a sa famille. Qu’allait-il ce passer pour cette petite famille de Varsovie ? Allait-elle être déportée, emmenée dans ces affreux camps de concentration, ou allait-elle survivre, échapper à tout cela ? Sera elle atteinte de la maladie du typhus ? En mourra-t-elle ? J’ai tout de suite imaginé la terrible épreuve que cette pauvre famille s’apprêtait à vivre, et pourtant j’ai été surprise de la tournure qu’on pris les évènements. Bon, évidemment, la fin n’est pas très joyeuse. Mais vous vous en doutez, on ne peut écrire un roman sur la guerre sans avoir un minimum de malheur, de tristesse, d’horreur, autrement, ça ne serait pas très réaliste.

Nombreuses sont les fois où les larmes me sont montées aux yeux, mais jamais je n’ai pleuré. J’aurais pu pleuré, j’aurais pu. Mais seulement si ces moments d’émotions ne s’arrêtait pas à la description de l’horreur. Si Luna avait ressentis un minimum d’anéantissement, un minimum de sentiments négatifs.

J’ai passé un très bon moment avec ce roman, et il m’a donné l’envie de lire beaucoup d’autre livre sur le sujet.

J’ai beaucoup aimé :

20

 

Une réflexion au sujet de « Chante Luna »

  1. Un livre magnifique !

    Ô chante, Luna, chante !
    Pour allumer le jour
    Pour l’éclairer d’amour…
    Ô chante, Luna, chante !
    Pour oublier la peur
    Pour ouvrir au bonheur,
    De ta belle voix d’ange
    Pour que le monde change…
    Ô chante, Luna, Chante…!
    Pour endiguer nos peines,
    Ensevelir la haine
    Sous une terre ardente…
    Ô chante, Luna, chante !
    De ta belle voix d’ange
    Pour que le monde change…!

    M.D;

Laisser un commentaire