14-14

Auteurs : Silène Edgard & Paul Beorn

Traduction : // Roman Français

Public : Pré-ados, ados et jeunes adultes

Edition : Castelmore

Pages : 349

Prix : 10,90 €

Résumé : A l’aube de la Grande guerre…

Adrien et Hadrien ont treize ans et habitent tous les deux en Picardie. Ils ont les mêmes préoccupations : l’école, la famille, les filles…
Une seule chose les sépare : Adrien vit en 2014 et Hadrien en 1914. Grâce à une boîte aux lettres mystérieuse, les deux adolescent vont s’échanger du courrier et devenir amis.

Mais la Grande Guerre est sur le point d’éclater pour Hadrien et leur correspondance pourrait bien s’interrompre de façon dramatique…

L’avis de La Bouquineuse :

14-14 est vraiment un roman qui se lit tout seul. En une journée j’ai terminé le livre, qui contient 349 pages de lecture. Je l’avais commencé la veille mais n’avais lu que 55 pages. Sans m’en rendre compte j’ai énormément avancé.

Comme vous avez pu le comprendre, Adrien et Hadrien deviennent vite amis. Au départ je me disais : “Mouais, ça va encore faire : “Tu veux être mon copain ? Oui bien sur !” pff…” Mais finalement non ! Leur relation (si l’on peut dire ça) à eu des débuts difficiles. D’abord, Adrien décide de faire des cartes de vœux pour sa famille et commence par celle destinée à son cousin qu’il méprise tant. Il lui écrit donc tout un tas de mensonges sur sa vie, pour la rendre plus intéressante. Il dit par exemple qu’il sort avec Marion, alors qu’elle est amoureuse d’un gars de 3ème. Bref, tout un baratin.
Je trouvais ça un peu idiot, mais, nous, les filles, savons que les garçons ont un “honneur” et une “fierté”. Complètement absurde !
Bon, je reprend. Finalement, Adrien n’écrit pas d’autres cartes de vœux, la première et unique lettre écrite l’a énervé. “Eh, pas très courageux tout ça !”

En allant poster sa lettre, il découvre une boîte aux lettres. Il ne l’avais jamais vu avant, mais décide de mettre sa lettre dedans.
Evidemment, c’est la boîte aux lettres magique !! Excusez moi, mais cette idée de boîte aux lettres magique, qui apparaît comme ça, m’a un peu décontenancée. Je trouve ça assez déstabilisant de retrouver cette façon de tourner les phrases que l’on avait dans nos livres d’enfants. Bref, passons.

Vous devinez que Hadrien la reçoit. Il répond aussi hargneusement. Puis, au fil de leur discussion, ils vont commencer à se confier. “Ouiiiiiiiiiiiii !!!”

Voilà, je vous ai résumé le début de l’histoire mais ce passage ne doit pas prendre plus de 60 pages, en comptant qu’ils ont tout deux une vie.

Maintenant je vais un peu parler des personnages. Ben oui quand même !

On commence par Adrien. Celui de 2014.
Au départ, il m’a plus fait pensé au 1er de la classe qui est pas doué avec les filles. Bof, bof… Mais dès qu’il se prend son premier râteau, il devient trop l’adolescent qui se fiche de l’école et qui… ben du coup qu’il se fiche de tout. Aie…
Ca m’a quand même beaucoup dérangé… Mais ça n’a pas vraiment duré. Bref…
Sinon, il était sympa tout au long de l’histoire et généreux.

Maintenant, le Hadrien de 1914.
Il m’a tout de suite plu. Je ne saurais dire si je l’ai préféré à Adrien car tout les deux se ressemble.
Lui aussi est très sympa et très généreux.

J’ai beaucoup, beaucoup apprécié l’idée de correspondance de deux personnes séparées par plusieurs siècles. C’est assez amusant, car avant qu’ils comprennent leur distance temporelle, ils ne comprenaient pas la façon de parler de l’autre. C’est vraiment à ce moment là qu’on voit à quel point ils sont différents.

 La fin m’a parue tellement simple et normale, tellement parfaite pour ce genre d’histoire… C’était génial. c’est vraiment un roman que je vous recommande.

J’ai A-DO-RE :

17


Silène Edgar

  Fille et sœur d’auteurs, Silène a grandi dans une maison dont les murs sont faits de livres. Nourrie de voyages, elle a bourlingué un peu lors de ses études de lettres, et après quelques années à droite à gauche, dont une superbe escapade d’un an à Tahiti, elle a finalement posé ses valises près de Guérande. Elle enseigne aujourd’hui dans un petit collège du marais briéron, dont l’atmosphère est propice à l’imaginaire.

 

 

Description de cette image, également commentée ci-après

Paul Beorn, de son vrai nom Paul Couaillier, né à La Rochelle le 24 novembre 1977, est un écrivain français, principalement de récits de fantasy, mais aussi de fantastique et de science-fiction. Il écrit également des romans destinés à un public d’enfance et de jeunesse.

 

Laisser un commentaire